Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Un communiqué qui résume bien les problématiques posées par la crise agricole

Un communiqué qui résume bien les problématiques posées par la crise agricole de Daniel Piquet-Pellorce (section Morlaix)

Avenir du pays de Morlaix : Bretagne Vivante souhaite un diagnostic plus juste

Ce jeudi 6 juin avait lieu une réunion de réflexion à l’avenir du Pays de Morlaix avec le Conseil Régional. Bretagne Vivante pense utile de réagir à certains propos qui ont été tenus !

Oui, l’agriculture est en danger. Oui l’agro-alimentaire breton est en danger. Oui, nous sommes solidaires et comme chacun, ici, en Bretagne, nous savons le poids et l’enracinement du monde agricole et nous y tenons ! Les agriculteurs nous trouveront toujours à leur côté pour défendre l’espace agricole contre les excès d’urbanisation. Les agriculteurs et l’industrie agro-alimentaire nous trouveront à leur côté pour lutter contre des distorsions de concurrence inacceptables avec d’autres pays au sein même de l’Union Européenne. Ils nous trouveront également à leur côté pour lutter lorsque la grande distribution importe à tout va et brade la nourriture sans aucun respect pour ceux qui l’ont produite.

Mais il faut aussi qu’ils regardent les choses en face, sans reporter sur les autres les conséquences des politiques suivies.

  • Si l’alimentation pour le bétail a fortement augmenté, l’environnement n’y est pour rien.
  • Si la Bretagne s’est spécialisée à l’excès et est obligée d’importer à plus de 60% l’alimentation de son cheptel, devenant ainsi terriblement fragile, l’environnement n’y est pour rien.
  • Si la Bretagne a perdu près de 1 000 exploitations par an ces dix dernières années, c’est parce qu’un système lié à toujours plus de spécialisation a conduit à un agrandissement permanent des plus grosses exploitations au détriment des petites et moyennes, et l’environnement n’y est pour rien.
  • Les choix de la profession ont conduit à un cheptel breton tel que le volume des déjections a dépassé ce que les sols de Bretagne pouvaient supporter, d’où la nécessité de stocker, de traiter et de toujours plus d’investissement, de toujours plus d’endettement, l’environnement n’y est pour rien.
  • Le manque d’investissement, de modernisation, de montée en gamme des productions des industries agro-alimentaires, les erreurs de management, l’environnement n’y est pour rien.

Il faut que la Bretagne, ses agriculteurs et ses industries agro-alimentaires s’en sortent, mais pour cela il ne faut pas se tromper de diagnostic ! Retroussons nous les manches tous ensemble mais cessons d’accuser les normes, les administrations et ceux qui s’occupent de l’environnement !


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 197682

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSBrèves environnementales   ?

Creative Commons License