Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

oct 2011 : Première évaluation monétaire des zones humides en France

Dans le numéro 97 de septembre 2011 de la lettre « Le point sur », le CGDD a tenté de déterminer la valeur économique des services écosystémiques rendus par les zones humides sur la base d’éléments recueillis dans le PNR des marais du Cotentin et du Bessin dont le territoire compte 49 000 hectares de zones humides.

Le CGDD a procédé pour cela en trois étapes :

  • cartographier les zones humides et identifier les différents services (au sens de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire, à savoir : services de production, de régulation, de soutien et culturels) de ces zones ;
  • chiffrer la valeur monétaire des biens et des services écosystémiques dans chacune de ces zones, estimer la valeur économique totale (VET) des zones humides par l’agrégation raisonnée des valeurs économiques individuelles obtenues pour chaque service.

Pour la première étape, le CGDD a néanmoins dû proposer une nouvelle classification des services écosystémiques pour éviter les double-comptes et faciliter l’agrégation des valeurs entre elles (ainsi des services de purification de l’eau, de recharge des aquifères et de production d’eau douce se recoupent en partie). Le chiffrage de la valeur monétaire des services a utilisé différentes méthodologies en fonction des services retenus : ainsi le service de purification de l’eau a été estimé à partir des coûts de construction et d’exploitation d’une usine de traitement de rendement d’épuration équivalent ; le service de valeur éducative et scientifique des zones humides a été estimé selon la méthodologie de transferts de bénéfices ; la valeur intrinsèque des zones humides a été estimé à partir du consentement à payer par des individus pour préserver un bien qu’ils n’utilisent pas effectivement ou qu’il leur est impossible d’utiliser. L’enquête conduite auprès de 800 personnes a montré que le public serait prêt à payer 9 euros pour la préservation de la biodiversité, 15 euros pour la purification de l’eau et 15 euros pour le paysage et l’accès au site. À partir de ces différentes méthodes, la valeur économique totale des zones humides du PNR du Cotentin et du Bessin est évaluée entre 117 et 218 millions d’euros par an, soit une valeur moyenne de 2 400 à 4 400 euros par hectare. Le CGDD prend toutefois le soin de préciser que ces chiffres mériteraient d’être précisés et confirmés par un approfondissement des outils d’identification et de quantification des biens et services rendus par les zones humides.

Le détail des méthodes de monétarisation et les réflexions sur la complémentarité de ces méthodes sont publiés dans le numéro 49 et le numéro 50 de « Études & Documents ».


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 200794

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSDossiers RSSZones humides   ?

Creative Commons License