Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

L’ex-Clemenceau, un périple digne des pieds nickelés !

(le Télégramme du 16 décembre)

Pas assez d’eau pour remonter le chenal anglais !

Malgré le recours déposé par une association écologiste brestoise, la Marine espère toujours faire appareiller le Clemenceau avant les fêtes de Noël. Mais le film se poursuit autour du vieux porte-avions immobilisé à Brest depuis mai 2006. C’est maintenant du côté d’Hartlepool, dans le nord-est de l’Angleterre, que l’on apprend que le chenal d’accès au port (Tees channel), où est attendu le navire, n’est pas assez profond. « D’importants travaux de dragage sont actuellement en cours et devront continuer dans les prochains jours afin de permettre au navire d’être remorqué jusqu’à quai », confirme l’autorité portuaire. Par ailleurs, quatre navires militaires en attente de démolition sur le site devront être déplacés pour faire de la place au porte-avions français.

Voyage impossible avant la fin de l’année De sources anglaises, ces travaux et ces manœuvres ne pourront être achevés avant la fin de l’année. Ce nouveau délai bouscule les plans de la Marine qui s’attendait à le faire traverser avant le 20 décembre. Pour le transit, évalué à quatre jours, on sait aujourd’hui qu’il faudra coupler de bonnes conditions météo à des coefficients de marée suffisamment importants. (le Télégramme du 16 décembre)

La préparation de la coque se poursuit

"La préparation de la coque pour le remorquage, conduite depuis la semaine dernière par des représentants du chantier Able UK et le Service de soutien de la Flotte, se poursuit normalement", "les opérations de convoyage entre Brest et Hartlepool et de chenalage vers le bassin de Teeside sont soumises aux aléas météorologiques et aux conditions de marée." déclare la Marine nationale. Vu que le chenal n’est pas assez profond, il vaut mieux en effet attendre une marée haute de fort coéfficient (ndlr)

(le Télégramme du 17 décembre)

Appareillage retardé. Brest gardera bien son Clem’ pour Noël

Les autorités maritimes françaises confirment que les agréments administratifs sont acquis des deux côtés de la Manche. Lundi, la commission interministérielle d’exportation des matériels de guerre a délivré le dernier document permettant à l’ex-Clemenceau d’être transféré en Angleterre. Mais il reste tout de même à régler le recours introduit par une association écologiste brestoise (contre le consentement de la Drire à propos du transfert du déchet flottant vers l’Angleterre) auprès du tribunal administratif de Rennes. Cette même association attend la publication de l’autorisation délivrée par la commission interministérielle pour attaquer cette nouvelle décision administrative. Son avocat, David Rajjou, rappelle d’ailleurs, qu’une fois la date d’appareillage convenue, l’association aurait encore la possibilité de déposer un référé suspension qui immobiliserait physiquement le navire à Brest.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 200794

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSBrèves environnementales   ?

Creative Commons License