Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Géologie du pays de Brest

Par Max Jonin - SGMB

Le Pays de Brest montre deux ensembles géologiques très distincts, de part et d’autre de la vallée de l’Elorn.

Au nord, le plateau léonard occidental est constitué de formations cristallophylliennes (roches métamorphiques) : schistes, micaschistes, gneiss, amphibolites, migmatites, d’âges encore discutés et de trois ensembles granitiques, datés de l’orogénèse hercynienne : le granite de Saint Renan-Kersaint, le plus ancien (-340 millions d’années), le granite de Brignogan et, le plus récent, celui de l’Aber-Ildut (-300 millions d’années). Le long de la vallée de l’Elorn, sur les deux rives, affleurent les « Quartzo-phyllades de l’Elorn » attribuées au Briovérien (protérozoïque >540 millions d’années).

Au sud, les presqu’îles de Plougastel-Daoulas, de Logonna-Daoulas et de Crozon correspondent à la terminaison occidentale du grand synclinal de terrains paléozoïques de Châteaulin, dont les formations s’étagent du Cambro-Ordovicien au Dévonien supérieur, soit environ de -500 à -350 millions d’années. A ces formations anciennes s’ajoutent des dépôts quaternaires importants et remarquables : plages anciennes (-100000 ans), produits de gélivation (-80 à -10000 ans), tourbières littorales (- 10000 ans environ), dunes et accumulations littorales diverses (actuelles).

L’histoire géologique du Pays de Brest est, dans l’essentiel de ses formations et de sa struture, comprise entre – 600 et – 300 millions d’années. La période mésozoïque (les 235 millions d’années suivantes environ) correspond à une longue période d’émersion et d’érosion sous l’influence de climats tropicaux. Après – 65 millions d’années, la mer recouvrira épisodiquement et ponctuellement les bordures continentales, dont un bras de mer au niveau de l’actuel Aber-Ildut, à l’Oligocène (- 30 millions d’années). Enfin, au Quaternaire, le paysage actuel se modèle sous les influences des variations climatiques dans un contexte péri-glaciaire. En particulier, la dernière remontée du niveau marin (transgression flandrienne) ennoie les basses vallées fluviatiles et la grande dépression de la basse vallée de l’Aulne, aujourd’hui rade de Brest.

La richesse du Pays de Brest concernant le patrimoine géologique se trouve incontestablement dans la géodiversité de la presqu’île de Crozon et du fond de la rade de Brest. Il y a là un « musée in situ » des formations paléozoïques du Massif armoricain, étudiées et connues depuis plus d’un siècle, régulièrement visitées par des étudiants et des scientifiques de tous horizons nationaux et internationaux. Les coupes continues, et donc les observations possibles, dans les falaises littorales de plus de 250 millions d’années de mémoire géologique représentent un patrimoine remarquable scientifique, pédagogique et culturel. S’y ajoutent la zone unique de gisement de la kersantite, seule roche dont la dénomination est liée à un toponyme breton (Kersanton en Loperhet) et des accumulations littorales très remarquables, uniques souvent au plan régional.

Un inventaire régional des sites d’intérêt géologiques a été réalisé en 1994 (DIREN / SEPNB), il est actuellement en ré-examen et en évaluation dans le cadre d’un contrat-nature entre la Région Bretagne et la SGMB, avec le soutien financier du Conseil général du Finistère. Le rapport final fera des propositions de conservation et de valorisation. La carte jointe montre la répartition des sites retenus en 1994 ayant servis, en 1999, au projet pilote, sur la Bretagne, d’une base de données informatisée et d’une méthodologie d’évaluation (MEDD, DIREN, BRGM, SGMB, RNF, Universités…). L’évidence, déjà connue des scientifiques, d’une responsabilité patrimoniale majeure, de niveau national, concernant le Pays de Brest apparaît nettement.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 199158

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSGroupes naturalistes RSSGéologie   ?

Creative Commons License