Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

2.Sauvegardons la vallée du Restic

Le fort développement, mal maîtrisé, du trafic automobile conduit les collectivités, BMO (Brest métropole océane) et le Conseil général, à réaliser une nouvelle liaison routière dite de « contournement nord du quartier de Brest-Lambézellec », qui va raccorder à l’est, l’échangeur de Kergaradec (RD112), et à l’ouest, le rond-point du Spernot (RD205). BMO étudie 2 variantes pour l’itinéraire :

  • une variante 1 qui utiliserait des voies existantes ;
  • une variante 2 qui utiliserait une partie des voies existantes mais traverserait la vallée du Restic.

Notre collectif refuse la variante 2 qui passerait par la vallée du Restic et la « massacrerait » à jamais. Cette vallée, à caractère naturel, doit être protégée dans l’intérêt général et celui de la population environnante en particulier. Nous refusons, également, la variante 1 qui passerait par des quartiers fortement urbanisés.

JPEG - 67.4 ko JPEG - 81.3 ko

La vallée du Restic est une richesse pour Brest, elle possède :

    • Une valeur écologique :

C’est un écosystème naturel comme il en reste peu à proximité de la ville. On y trouve de nombreuses espèces animales et végétales dignes d’être protégées. La nature dite « ordinaire » est en effet fortement menacée par l’étalement urbain auquel nous assistons dans nos régions (aménagements, constructions, pollutions...) et de nombreuses espèces, communes il y a quelques années, sont en inquiétante diminution localement (papillons, abeilles, amphibiens, reptiles, anguilles, hirondelles, moineaux domestiques, alouettes..., la liste est loin d’être close).

La vallée joue aussi un rôle de corridor écologique non négligeable. Comme vous le savez, la préservation d’une « trame verte et bleue » est vitale. C’est ce qui permet aux animaux et aux plantes de circuler librement d’un écosystème à l’autre et d’assurer ainsi un brassage génétique indispensable à la bonne santé des espèces. Il est évident qu’une route remontant la vallée serait une catastrophe de ce point de vue.

L’aspect paysager est un troisième élément à prendre en considération. Il subsiste là, organisé autour du ruisseau, un bocage modeste mais authentique et harmonieux. Nous pensons qu’il est de notre devoir, à l’égard des futures générations, de conserver ce pittoresque témoin de ce qu’a été la campagne brestoise autrefois. La vallée comporte un ruisseau intégré dans le S.A.G.E. Élorn (schéma d’aménagement et de gestion de l’eau) et des zones humides et boisées, qui sont des abris pour la faune et la flore. Les zones humides jouent par ailleurs un rôle important dans le stockage et l’épuration des eaux. La DIREN (Direction régionale de l’environnement) de Bretagne, elle-même, a pris en compte tous ces éléments pour finalement émettre un avis défavorable au passage de la contournante dans la vallée.

    • Une valeur socio-culturelle :

Dans une zone qui est destinée à être urbanisée prioritairement, la préservation de la vallée constituera un espace tampon appréciable. Une telle coulée verte, si elle n’est pas sacrifiée d’ici là, offrira aux riverains des lieux de détente et de promenade, et des terrains de jeux pour les enfants, à l’instar des rives de Penfeld, du Stangalard. Sa proximité des écoles lui confère un intérêt pédagogique supplémentaire. Ce site a une inestimable valeur esthétique, culturelle, voire spirituelle. C’est déjà pour beaucoup d’entre nous un lieu de récréation et de recréation.

    • Une valeur économique :

Le maintien de terres agricoles près de la ville contribuera à favoriser la restauration d’une agriculture de proximité et à encourager la mise en place de circuits commerciaux courts (type AMAP - Association pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Sauver la vallée du Restic, c’est d’une certaine manière éviter de tourner un nouvel épisode du film "Nos enfants nous accuseront". Nous voulons laisser à ceux qui viendront après nous un cadre de vie où il fasse bon vivre. Nous voulons pour le 21ème siècle un urbanisme qui concilie protection de l’environnement, conservation du patrimoine, habitations « HQE », relations sociales riches, activités et loisirs de proximité minimisant l’usage de la voiture. Il faut arrêter cette politique de "la pioche" et du "bulldozer", consistant à exploiter toujours plus la nature, comme si l’espace était illimité.

Le collectif pour la sauvegarde de la vallée du RESTIC a recueilli plus de 2.000 signatures de soutien à son action et a rassemblé près de 400 personnes lors d’une éco-randonnée de découverte de la vallée. Il regroupe des citoyen-ne-s, des élu-e-s de BMO, des associations et organisations pour la protection de l’environnement et a le soutien d’Albert JACQUARD, de Béatrice et Jeau-Paul JAUD et de José BOVE.

Collectif RESTIC - 10 rue Armand Robin - 29 200 BREST collectif.restic@free.fr


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 187896

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSActualités locales RSSVallée du Restic   ?

Creative Commons License